aaartois - La guince aux oeillets : la fête des enfants du peuple du bassin minier.

La guince aux oeillets est l'occasion pour les enfants du peuple de célébrer la capacité de révolte du prolétariat du bassin minier. Les oeillets sont un signe de reconnaissance des révolutionnaires, ils sont un symbole de l'insurrection, un appel à la révolution. Le Samedi 7 février 1970, les jeunes venus honorer la mémoire des mineurs assassinés par la compagnie des houillères dans un coup de grisou ont été arrêtés, arrachés à la foule par les flics.


                                              

Samedi 7 février 1970, journée de deuil dans les mines. Il est à peine 9h sur la petite place de fouquières lorsque les familles des victimes arrivent. Au fil des minutes, des dizaines, des centaines, puis des miliers de personnes affluent des rues avoisinantes. Du balcon de la mairie, plusieurs personnalités de service font les discours d'usage...


Mais alors que l'appel des noms et la levée des corps sont commencés, des  mouvements divers agitent la foule ; des flics en civil et d'autres en uniforme essayent le plus discrètement possible d'emmener des jeunes venus à l'enterrement un oeillet rouge à la boutonnière. Cela ne passe pas inaperçu, on voit des mineurs agripper soit par le bras, soit par le col de l'imperméable les jeunes qu'on emmène, et essayer de les soustraire aux flics. De plus les jeunes révolutionnaires résistent : Qui vous a donné l'ordre de nous arrêter ? Pourquoi ? Il faut être des fascistes pour venir provoquer les mineurs le jour de l'enterrement ! Mais maintenant les bruits circulent dans la foule : ils ont volé les oeillets sur les couronnes mortuaires - ils ont déchiré un drapeau en berne dans la chapelle ardente...Les flics profitent alors de la stupéfaction et des hésitations des mineurs pour embarquer les jeunes rapidement.

 

L'un d'eux racontait alors : "Sur le coup, nous n'avons pas compris pourquoi ils nous arrêtaient en pleine cérémonie. Ce n'est qu'en arrivant au commissariat de Lens que nous avons pu mesurer l'ampleur de la provocation ; les flics savaient que nous allions venir avec des oeillets rouges symboles de la grève insurrectionnelle des mineurs de 1941 ; des provocateurs, flics, C.D.R, avaient la veille saccagé l'église de Billy-Montigny et, le matin même, un commando de nervis était allé arracher des oeillets sur les couronnes mortuaires. Ils croyaient nous isoler de cette façon ; mais cela faisait plusieurs jours qu'on était dans les corons de Fouquières-Méricourt ; le jour même de l'accident, on collait des affiches Houillères assassins, on distribuait des tracts appelant à la vengeance des mineurs tués, on discutait avec les mineurs...
Au commissariat, on s'est battus avec les flics, les forçant à nous relâcher ; on a même fait appeler un médecin qui nous a fait un certificat médical pour coups et blessures reçus au commissariat..."

 

 C'est cette capacité de résistance, de révolte face à l'injustice, que nous avons célébré ce samedi 5 février 2011. Car si les molettes ne tournent plus, si pour la plupart d'entre nous, nous n'en avons pas souvenir, nous nous reconnaissons dans cette culture.


antho-molotov-fleurs.jpg
 

Le samedi 5 février 2011, nous nous sommes retrouvés en haut de la rue Jeannette Prin, pour rejoindre à pied le parc urbain de Billy en remontant le boulevard Malik Oussekine. Là bas, nous avons évoqué, autour d'un verre de jus de fruit, le souvenir glorieux des résistants de 1941, qui ont saboté les plans des nazis. Nous avons aussi parlé des problèmes qui nous concernent : chômage, précarité, racisme, sexisme. Le Boombox d'Antho crachait la playlist Hip-Hop concoctée pour l'occasion.

Puis, Maryse et Jean-Pierre nous ont offert une boisson chaude et des tartines en fin de journée, merci à eux pour leur hospitalité.

La journée a été riche en échanges, en rigolades, et en humidité. Noclara-converse-boue.jpgus aurions voulu être plus nombreux bien sur, mais c'était une première, et nous n'avons pas les moyens dont disposent les bourgeois et les fachos.

 

 

On fera encore mieux l'année prochaine, promis.

 

Rendez-vous pour la deuxième guince aux oeillets, le samedi 4 février 2012 !

Contactez-nous dès maintenant pour y participer !