Qu'est-ce que le fascisme ? Henri Barbusse

Publié le par Action Antifasciste Artois: Bassin minier en force

              

Qu'est-ce exactement que le fascisme ? La création et l'évolution du fascisme résultent de l'état de malaise et d'incertitude, des difficultés grandissantes de la vie, des menaces économiques et autres, qui surgissent de toutes parts, en un mot de la situa­tion précaire où se débattent actuellement dans presque tous les pays toutes les couches moyennes de la population.

Le vrai moteur du fascisme, ce sont les pouvoirs d'argent, qui ont su et qui ont pu, grâce aux moyens gigantesques de publicité, de propagande et d'action dont disposent ceux qui disposent des richesses, attacher à leur politique la petite et la moyenne bourgeoisie en canalisant dans le sens de la conservation et de la réaction sociale son mécon­tentement, ses appréhensions et ses souffrances.

Nul ne peut contester que de nos jours, et dans les institutions actuelles, tout ce qui est fait d'essentiel est plus ou moins conduit par les grands détenteurs du capital.

Si le capitalisme, c'est à dire la main mise de l'oligarchie de l'argent sur les choses sociales, a toujours plus ou moins conduit les affaires humaines, cette emprise et arrivée aujourd'hui à toute sa plénitude.

Ce ne sont pas seulement les capitalistes américains qui l'affirment (et ils ont l'autorité de le faire), ce sont tous les économistes et tous les observateurs, à quelque opinion ou à quelque caste qu'ils appartiennent.

Or, partout le capitaliste a suscité le fascisme. Il l'a mis sur pied et lui a donné l'élan. Et ce n'est un secret pour personne que le fascisme italien et tous les autres fascismes nationaux sans exception se sont accrus grâce à l'appui financier de la grande bourgeoisie riche, de la grande industrie et des banques.

Le fascisme sort du capitalisme. Il en est la résultante logique, le produit organique.

 

 

 

 

Le fascisme international

Henri Barbusse

 


 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Antifascisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rakotobe 05/10/2011 18:13



Je ne conteste pas cette définition d'Henri Barbusse, qui, si elle nous met sur la piste d'une définition du facisme, peut également nous en écarter. N'y a-t'il pas d'autres mouvements politiques
et sociaux qui trouvent leur source dans les maux qu'il décrit.


Voici quelques pistes qui complètent cette indispensable approche d'Henri Barbusse:


- Doctrine et régime politiques nés en Italie à la fin de la Première Guerre Mondiale. Le fascisme connait plusieurs phases de développement. La première correspond au fascisme-mouvement d'avant
la prise du pouvoir: il mêle un programme violemment anticapitaliste (en surface, puisq'il est son allié objetif) et anticommuniste, antibourgeois et nationaliste (autant de stigmate que l'on
retrouve chez 3ème voie et à la Maison Flamande, par exemple; Serge Ayoub devant sans doute se rêver en un nouveau Benito - quand on voit certaines de ses vidéos). La seconde phase, le fascisme
au pouvoir, instaure un système totalitaire (qui était en germe dans son organisation - là encore, les preuves ne manquent pas sur leurs différents sites actuels).


- Totalitarisme: le fascisme en est un en tant qu'il comporte une idéologie, théorisation a posteriori de l'action politique et dogme infaillible auquel tous doivent croire et obéir. Chez les
fafs, ce dogme est un mélange de nationalisme exacerbé et d'anticommunisme quasi obsessionnel (mais qui n'a rien de surprenant en tant que produit du capitalisme)


Le fascisme se distingue par son adhésion à diverses idées: la violence, la manipulation des foules, le culte du héros, le refus de l'égalité entre les hommes, la remise en cause des principes
hérités des luttes sociales...


- Le fascisme est un système "post-démocratique" qui encadre et mobilise les masses et non un retour à l'Ancien Régime.


- Le fascisme ne se borne pas à liquider toute opposition, à supprimer les libertés, à créer des milices ou des polices politiques qui disposent d'un fort pouvoir dicrétionnaire (dans les limites
fixées par le chef - le duce, le Fuhrer - dont on construit le culte de la personnalité). Toutes les activités de la vie individuelle passe sous le contrôle de l'Etat et d'un parti unique. L'Etat
fasciste s'occupe de la famille, comme de l'éducation, des loisirs comme de la culture... L'enfant est embrigadé dès son plus jeune âge dans des organisations contrôlés par le Parti.
Adolescent puis jeune adulte, il est enrégimenté, et à une éducation de plus en plus contrôlé par l'Etat, s'ajoute une formation militarisée.[On pourra remarquer que le système capitaliste, sous
des atours plus doux, plus "démocratiques", utilise les même moyens.]


- Mais si l'Etat fasciste contrôle la vie sociale, IL N'EN EST PAS DE MEME DE L'ECONOMIE. De fait, le FASCISME MAINTIENT UN SYSTEME CAPITALISTE LIBERAL et supprime les syndicats en les remplaçant
par des corporations qui empêchent tout conflit social et arbitrent le plus souvent en faveur des détenteurs du capital.


Finalement, le fascisme ne s' en écarte pas radicalement et se faisant rejoint les intérêts de la classe bourgeoise dominante; qui n'hésitera pas à manipuler ce mouvement (au besoin en le
finançant).


- Le miltant fasciste obéit parce qu'il a peur et qu'il se sent inférieur socialement. Il combat par frustration. C'est pour cela que les fascistes défendent toujours les intérêts de leurs
adversaires sociaux, les capitalistes.


NO PASARAN!



Action Antifasciste Artois: Bassin minier en force 05/10/2011 19:43



Salut et merci de ton commentaire Rakotobe.


Le fascisme est toujours le fruit du capitalisme, nous sommes d'accord. Mais les formes que prend le fascisme diffèrent selon le lieu et l'époque auxquels on le rencontre. En cela, il est un
mouvement.


Selon le courant politique auquel l'observatRICEeur du fascisme appartient et la réalité locale et sociale du lieu où ilLE vit, sa vision du fasicsme est différente. Ainsi, les socialistes de
france de 1936 n'envisageait pas le fascisme de la même façon que George Jackson dans la Californie de la fin des années 1960...


Le fascisme se pense, mais il se resent aussi (et surtout) dans sa chair. Il est un concentré d'oppression, de violence, comme tu le dis justement.


Nous aurons surement l'occasion de parler de vive voix de nos points de divergences théoriques : "le fascisme est-il né en Italie dans les années 1920, ou en france à la fin du 19ème siècle?",
"le fascisme est-il un système post-démocratique ou une nouvelle forme de système politique imposé par une sorte de "révolution"?", "le parti unique, la dictature, la formation militaire, le rôle
de la jeunesse sont-ils le propre du régime fasciste?"


De toute évidence ta sensibilité est celle d'un anarchiste, et nous sommes ravi de voir que tu nous lis et que tu discutes ouvertement avec nous.


C'est ça aussi l'esprit du front antifasciste!