La liberté d'expression véritable est à conquérir!

Publié le par Action Antifasciste Artois: Bassin minier en force

aaartois-clubber-lang-antifaCe 29 novembre,(*) à Villeneuve d'Ascq, un groupe antifa, que nous ne connaissons pas, organise une manifestation au départ de la station de métro Pont de bois, avec comme mot d'ordre la défense de la liberté de création. Ces antifa ont pour but de protester contre de nombreux incidents qui perturbent les représentations de la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Romeo Castellucci. En effet, des catholiques traditionalistes de l’Institut Civitas, alliés à d’autres mouvements d’extrême droite, manifestent depuis octobre, souvent de manière violente, contre le prétendu caractère blasphématoire de cette pièce. Pour être honnêtes, aucun de nos contacts n'a pu nous renseigner sur le fond de cette pièce de théâtre, nous ne connaissons personne qui l'a vu. Il semble que se soit une œuvre compliquée, dont le sujet est éloigné de nos préoccupations. En tous cas, un (le?) Collectif Antifasciste de Lille appelle à la défense de la liberté d'expression.

 

La liberté d'expression est une conquête historique de la révolution de 1789, menée par la bourgeoisie contre le clergé et la noblesse. La liberté d'expression consiste en le droit qui est donné aux individus d'exprimer sans contrainte leurs idées et leurs opinions sous la forme de production artistique, littéraire ou verbalement. Selon les bourgeois de 89, c'est la liberté d'expression qui garantit l'existence d'une société démocratique : sans liberté d'expression, pas d'idées différentes, on se trouve sous le règne de la pensée unique, donc dans une dictature.

Il s'agit bien là d'une position bourgeoise, qui n'envisage la question que sous un aspect quantitatif : puisqu'il existe une pluralité de discours, il existerait une liberté d'expression. On retrouve ce que Voltaire écrit dans l’article « Homme » des Questions sur l’Encyclopédie :

«  J’aimais l’auteur du livre De l’Esprit. Cet homme valait mieux que tous ses ennemis ensemble ; mais je n’ai jamais approuvé ni les erreurs de son livre, ni les vérités triviales qu’il débite avec emphase. J’ai pris son parti hautement, quand des hommes absurdes l’ont condamné pour ces vérités mêmes. » La pensée de Voltaire est souvent résumée comme : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Comme si les idées se comptaient en kilo, ou au mètre : moins de trois kilomètres d'idées différentes, c'est la dictature !

 

Mais aujourd'hui, qui a la liberté de s'exprimer ?

 

. les médias bourgeois ont un monopole. Appartenant à de grands groupes industriels et/ou financiers, ou à l'état français, ce sont eux qui décident de la pertinence des informations, qui mettent en lumière les idées des uns et des autres. Et quand les médias sont des radios « libres », elles sont peu nombreuses, noyées dans le flot des radios commerciales, et doivent respecter des chartes définies par l'état qui peut décider de ne pas renouveler la fréquence l'année suivante en cas de manquement. Même les radios « libertaires » dépendent de l'état. C'est justement au nom de ce pluralisme des idées à-la-Voltaire que l'état met les anarchistes en ondes.

 

Les médias alternatifs diffusant sur internet sont eux-aussi libres de s'exprimer. Mais on a vu dernièrement comment l'état français démocratique, car pluraliste, est capable de réagir à l'encontre d'un site internet qui dénonce, preuve à l'appui, les violences de la police contre la population. L'état a tenté de supprimer la liberté d'expression du collectif copwatch en agissant menaçant son fournisseur d'accès internet. Rappelons que le forum de l'action antifasciste avait subi lui aussi une atteinte à la liberté d'expression, non pas directement de la part de l'état, mais de la part d'un cabinet d'avocats utilisant les lois bourgeoise du code civil.

 

. les artistes commerciaux ont une grande liberté d'expression. On pense par exemple, sérieusement, mais avec le sourire, à Florent Pagny qui s'est battu contre le l'état au moyen de son texte vengeur, et sûrement disque d'or, « vous n'aurez pas ma liberté de pensée ». L'histoire ne dit pas ce que cette liberté lui a permis de penser. En tous cas, il n'a pas apporté aux oppriméEs les moyens de se libérer ! En revanche, les artistes qui posent des graf sont poursuivis pour dégradation de biens publics ou privés, ils risquent prison, amendes et paiement de dommages et intérêts.

 

. les fascistes ont la parole. Marine Le Pen, son père avant elle, tous les membres du FN, en tant que parti-de-la-diversité-d'opinion-garante-de-la-démocratie, peuvent s'exprimer librement. Ils sont invités à la TV, à la radio, on peut les lire dans les journaux. L'acteur et écrivain Lorànt Deutsch peut se dire ouvertement royaliste et faire l'apologie de Maurice Barrès. Eric Zemmour peut étaler face caméra ses idées réactionnaires et sexistes. La Vlaams huis, la Maison de l'Artois, et Serge Ayoub peuvent défiler dans les rues, ils ont même micro ouvert à cette occasion. Et dans combien de dizaines d'émissions de TV le masculiniste antisémite Alain Soral a-t-il pu s'exprimer ?

La dernière limite à la liberté d'expression des fascistes est la loi Gayssot, qui empêche les fascistes de diffuser officiellement une partie de leur propagande, négationniste surtout. Mais cette loi est remise en cause par les fascistes qui l'estiment contraire … à la liberté d'expression!

 

Pour l'action antifasciste artois, la liberté d'expression véritable est à conquérir ! La véritable liberté de création, c'est celle qui se développe contre le sexisme, contre le racisme, contre le capitalisme. L'expression de cette liberté, c'est celle des oppriméEs qui luttent pour la nature, les espèces qui peuplent la planète, la libération de touTEs !

 

* cette partie du texte a été modifiée, nous nous sommes trompés dans la date.

Publié dans Antifascisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article